Ferdinand Buisson : vers une fusion des deux écoles ?

Les élèves des écoles Ferdinand Buisson A et B vivent une situation étonnante.

Alors qu'ils habitent le même quartier, ils sont répartis sur deux écoles distinctes...au sein du même bâtiment!

Alors qu'elles partagent les mêmes locaux, chacune de ces deux écoles a son entrée distincte, sa directrice, son équipe pédagogique... et une moitié de la cour de récréation.

Face à cette situation ubuesque, la mairie de Boulogne Billancourt lance une réflexion sur une possible fusion des deux écoles.

Certains ont fait part de leurs réticences sur ce projet. Ils craignent une école fusionnée de taille trop importante. Mais cette fusion nous apparait au contraire comme une opportunité pour les enfants du quartier : une grande école Ferdinand Buisson, dynamique, avec plus de moyens, et un projet positif, plutôt que deux petites écoles en perte d'effectifs.

Pour Delphine Moreau, élue FCPE à Ferdinand Buisson A, l'un des avantages de la fusion serait de permettre à tous les

élèves de profiter de l'espace mutualisé des deux structures : une très grande cour d'abord, mais aussi les salles dont

certaines sont inoccupées à Ferdinand Buisson A. Elles pourraient être équipées pour répondre aux besoins d'enfants

plus nombreux : une salle informatique vraiment fonctionnelle, une bibliothèque plus conséquente... Les économies

d'échelle réalisées par la mairie lui permettraient de financer ces nouveaux aménagements.

Par ailleurs, les CHAD (classes à horaires aménagés danse) constituent un point fort de Ferdinand Buisson A. Mais

ce dispositif ne pourra pas être maintenu si le nombre de classes diminue. La fusion des deux écoles permettrait de garantir leur pérennité.

Pour Christine Rouchon, maman d'élève à Ferdinand Buisson B, la réunion des deux écoles permettrait aussi de réduire le nombre de classes à double-niveau, grâce à la refonte de la structure de l'école, et de permettre une vraie mixité, toujours plus porteuse pour les élèves, et futurs citoyens, que le maintien des clivages.

Par ailleurs, la fusion favoriserait l’inscription des enfants aux cursus spécifiques CHAD et SIS (Sections internationales de Sèvres) par émulation. C’est par bouche-à-oreille que ces cursus se font le mieux connaître dans la plupart des foyers. Avec les CHAD et les SIS, la nouvelle école proposerait aux parents du quartier une offre éducative de qualité et variée.